comment 0

Les Enfants Part.1


Les enfants construisent des empires
Autour de leurs tout petits nombrils

Et se dépoussière leur grand ego
Quand maman dit «au bain !»
Alors ils s’astiquent soigneusement
Avec leurs petits doigts et du savon bio
Et ressortent tout brillant des eaux.

Ils étincellent dans le jour
Et illuminent le soleil
Avec leurs sourires
Ils produisent de la lumière.

Ils se promènent dans les rues
Et ont les voient partout
Parfois ils font peur
Quand ils sont très forts
Et puis ils grandissent
Et apprennent à vivre ensemble
Tout grands egos qu’ils soient
Ils s’aiment quand même
Ils se rencontrent à l’école
Puis au lycée et à la fac
Et ça c’est l’époque
Ou ils font nawak.
Ils brillent toujours
Même s’ils ne s’astiquent plus
Quand maman dit «au bain !»
Il se lavent moins…
Ils se lavent entre eux
Ils se lavent en s’embrassant
En étant amoureux
Ils n’écoutent plus maman
Même s’ils l’aiment beaucoup
Maman elle elle se lave
En oubliant beaucoup
En souriant quand elle veut pas
En rayant des vieux numéros
En effaçant des hommes
Ils sont libres les enfants
Quand ils ont plein de temps
Ils sont beaux à en faire peur…
Quand ils s’aiment plus que les autres
Quand ils n’aiment au fond qu’eux-mêmes
Parfois on dit que c’est pas de leur faute
Que c’est celle du système.
Quand elles sont grandes les filles collent
Des étoiles au bout de leur doigts
Pour tirer les garçons
Dans la toile de leurs draps
Les garçons acceptent
D’avoir l’air un peu hybride
Les filles n’ont rien demandés
Et puis en fait si…
Mais on sait pas trop en vérité.
Les enfants brillent dans les rues
Munis de leur beauté
Qui battit des murs autour d’eux
Pour les protéger
Des murailles qui partent du nombril
Qui les enserrent amoureusement
Et leur fait voir la vie autrement
Les contours évoluent
Autour de leurs corps
Eux ils croient que le monde
N’avait pas décidé de changer
Alors qu’ils ne font apparaître
Que ce que le temps avait prédit
Quand je les regardent je vois un gros bébé
Assis tout en haut de l’Empire State Building
En train de rire à gorge ouverte
Du monde qu’il croît faire naître.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s