comment 0

Morphinea Voyageum


Il existe en moi des vagues et des scènes de théâtre        
Des souvenirs comme tout le monde                              
Des couleurs qui sonnent cartable                                    

Le rythme de plein de pas,    
De tous ceux auxquels        
J’ai pris le temps de m’accorder                        
Des textures de cheveux,        
Tous ceux que j’ai touché    
Pour toutes les raisons          
Qui m’y ont amené.              

Y’a des raisons sexuelles      
Qui font saturé le cerveau  
Et des raisons rationnelles  
Qui m’ennuie les hormones  

Des paysages imaginaires  
Des rêves qui sont devenus des vrais souvenirs              
Et des vrais souvenirs que j’ai oublié…                              

Il existe en moi des vagues et des scènes de théâtre    
Des ponts entre des rives,    
Des rivières pas baignables                                                                                                            
Des choix qui gravitent autour des satellites                                                             Qui grave le monde sur des disques blancs                                                                

Y’a tout le temps la rencontre                                                                             Du métal et de la chaire                                                                                
En dehors et à l’intérieur des corps                                                                                                
Y’a des machines à tout faire,                                                                             A me faire inventer des poèmes                                                                           Me donner l’envie de fumer                                                                                                          
Y’a l’ennui du dimanche                                                                                 Qui sent la pluie et Beethoven                                                                           Tombé comme un couperet                                                                                
Au milieu de mon enfance.                                                                                

Y’a un Planet Hollywood                                                                                
Au milieu de rien et qui va nul part                                                                    
Le désert américain ou je suis jamais allé                                                            
Mais qu’on connaît tous.                                                                                  

Il y a en moi des scènes rouges et noirs                                                              
Qui bougent… en suivant le coeur                                                                    
Des écarts de temps                                                                                  
Qu’on compte à la seconde                                                                                                            
Au goutte à goutte                                                                                  
Comme le mouvement du sang                                                                               Qui fait toujours des rondes                                                                                                          
Y’a des cycles et des refrains                                                                        
Des grosses baleines et des petits nains                                                              
Des gens qui dansent                                                                                
Sans que je leur ai rien demandé                                                                    
Et qui s’agitent                                                                              
Alors que moi je peux pas bouger                                                                          

C’est le manège de la morphine                                                                    
Qui me ramène sans fin                                                                          
Toutes ces visions morbides                                                                        
Et m’éloigne de Morphée                                                                                                          
C’est une absence de sommeil                                                                      
Mais des milliers de visages                                                                          
Qui se déforme sans raison                                                                          
J’dors le jour la nuit je veille                                                                
Sur des horloges sans réglages                                                                    
Qui décale les saisons                                                                                                                          
Il paraît que ce jour là                                                                      
C’était le jour le plus long

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s