comments 3

A la teub que je n’ai pas


Je n’ai pas de phallu’, je n’ai pas de dard,
Je n’ai pas de péni’,
Je n’ai pas de bite, je n’ai pas de kekette
Je n’ai pas de zizi
Pas de vis, pas de verge, pas de gland
Aucune paire de couilles que je prenne pour une carrière de diamant
Pour pouvoir dire que je fais l’amour à la poésie.
Je ne peux prétendre à la faire jouer,
A la faire jouir,
A me jucher sur sa béance pour mieux m’y introduire.
Je ne la saute, ni ne la baise, et ne la nique pas
Je ne la fourre sous tous les fastes d’aucun membre droit
Je ne la prends par aucun pore de son ravissant corps
Chaos béant, au diable …. Le mystère du vide, tu flippes, dans le slip y’a que du néant.
Et pourtant et pourtant…
Mais au comble ! La poésie sort de moi
Alors que… Goddamned ! Je n’éjacule pas.
Alors si tous les hommes baisent les cambrures de dame poésie
Alors qu’elle vienne me naïker de sa gracieuse frénésie
C’est un coup à finir castratrice ou bien lesbienne
Ou encore à ne pas finir du tout ce poème.
Non ! Et je décide que je passerais mes journées
Mes journées à me toucher
A me toucher toujours plus fort
Pour qu’elle m’aime encore
Et plus je l’aime, plus je jouis
Et plus je m’aime plus j’ai du génie
Alors je me Shakespeare jusqu’à mon dernier soupir

Publicités

3 Comments

  1. JEAN LOUP

    C’est pas pour dire, mais vos poèmes, c’est mieux qu’un coup de pied au cul (joseph).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s