J’irais vous montrer mes seins – Odyssée du naked selfie

Capture d’écran 2016-03-31 à 18.13.38
Je suis absolument incapable de savoir si montrer un petit bout de ses seins sur Twitter en faisant des fuck peut, d’une manière ou d’une autre, libérer la femme du joug ancestral et stupide inhérent à la culture « patriarcale » dans laquelle on vit.
J’en sais tellement rien que lorsque je regarde cette photo je crois que je ne sais pas ce que je vois.
Deux bimbos ? Deux rebelles ? La figure féministe libératrice qui manquait à mon existence ? Deux individus de sexe féminin montrant leur doigts ? Rien ? Tout ?
Pourquoi la barre noire ? Pourquoi la censure ? Pourquoi l’auto-censure ? Pourquoi être nue c’est être libérée ?
Pourquoi se plaint-on de ne pas pouvoir montrer nos tétons ? Pourquoi se plaint-on en même temps d’être dégradée dans des pubs qui font des femmes des objets (sexuels) ?
Pourquoi tellement de paradoxes ? Pourquoi ne pas sortir du corps ? Pourquoi faire des coups d’éclats de fond de teint ?
Pourquoi pas autre chose ? Pourquoi rester dans cette logique stérile ? Pourquoi un acte réalisé à moitié ? Pourquoi une telle soumission à l’argent ? Au pouvoir ? Au désir de pouvoir ? Au besoin de faire influence ? Pourquoi rester dans les limites que les autres imposent ? Pourquoi ne pas défoncer ces limites ?
Pourquoi être aussi frileuse ? Pourquoi être aussi tiède ? Pourquoi être aussi servile face à sa propre rébellion ? Pourquoi ne pas faire tomber cette barre ? Pourquoi ne pas assumer d’aller jusqu’au bout ?
Qu’est-ce que ça bouleverse de se mettre torse nu et si c’est pour se mettre une auto-censure dessus ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
Qu’est-ce que ça change ?
J’aimerais que les gens aillent au bout de leurs actes, plutôt que d’afficher mollement leur capacité à faire des (faux) débats juste parce qu’ils savent faire du marketing.
C’est le trader qui parle de communisme, c’est plus mou que la bite que je n’ai pas.
« Je suis libérée mais pas assez folle pour laisser fermer mon compte Twitter. »
Culotte froide, un milliardaire qui lâche 10.000 euros. Que dalle. Le prix de la culotte en question. Une promesse contractualisée, risque niveau 0.
En fait je ne vois rien.

Publicités
Classé dans:Poney Poetry

About the Author

Publié par

PONEYLAND POUR LA POÉSIE ET L'ART CONTEMPORAIN OUÉ OUÉ