THERAPIE

i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change I can change i can change i can change i can change I can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i  can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change i can change

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

If it helps you fall in love

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(NO COPY/PASTE WAS USED FOR THIS POST – THANKS LCD SS)

Publicités

Un Bloc de Marbre

david_custom

Je traverse la vie comme si c’était un bloc de marbre, avec difficulté.
Avec colère, avec amour, avec peur.
Mais il y a trop de distance entre mon absolu et la réalité pour que j’arrive à les faire se rencontrer.
Et je ne sais pas d’où vient la peur.
La peur n’est pas une solution, c’est une réponse. La première qui te passe par la tête quand tu ne sais pas quoi dire à la prof de math.
La prof de math n’est pas très belle, par contre elle est très froide, et quand je regarde ses longs doigts blancs qui se confondent avec la craie, j’ai peur.
Sa bouche sans lèvre s’ouvre sur une question, à laquelle je n’ai pas de solution.
Je n’ai qu’une réponse. La première qui me passe par la tête.
Elle écrit le résultat comme elle écrirait mon jugement. Le mien était faux, pas juste, pas bon.
Elle ne comprend pas que j’envisage cette équation comme une loi, relative à un contexte. Elle me dit que je n’ai pas de circonstances atténuantes.
Je n’avais pas le droit d’avoir peur, je n’avais pas le droit de fumer dans les toilettes, je n’avais pas le droit d’être insolente, et surtout je n’avais pas le droit de me tromper. Le dossier est clôt.
Je ferme les yeux sur les chiffres qui défilent, retrouver l’obscurité profonde de mon manque de confiance. Confortable.
Loin des déchirures et des coups de marteau, juste à la jointure des deux pôles.
Il y a un son sourd qui frappe, le battement métallique du sang, ma vision floue et confuse sur les dessins de mon ignorance.
Je ferme les yeux sur l’air moisie, les néons blancs. Le bois traumatisé et mon criterium invalide.

Je retrouve les lignes rouges, les volumes dorées. Les fumées blanches et les ciels bleus. Les ombres fragiles du soleil de décembre, un peu claires, un peu légères. Comme la lumière à plat de l’Arctique qui rase l’horizon.
J’ai rangé les pierres et les blocs de marbre abandonnés, vestiges de l’amour. J’en ai fais des statues qui hurlent la splendeur de la verité avec des yeux bleus, verts et noirs. Et je n’ai eu qu’a jeter leurs apparats.
Je n’ai gardé que l’amour muet de l’univers qui un jour par hasard m’a donné la vie.
Il y a des galaxies, des ondes cosmiques, des astres errants et de l’énergie pure. Je n’ai plus peur des trous noirs, je n’ai plus peur du vide, le Niagara peut couler et l’Himalaya grandir.
Je suis seule au fond d’un vase vide avec des parois circulaires, des centaines de milliards de spirales et un tunnel de lumière. Un tunnel de lumière.

comment 0

SELFIE#1 : L’Art Nombriliste

selfie#2

Ceci est une photo.
↳ De moi.
↳ En train de me regarder.
↳ En train de me regarder prendre une photo.
↳ Une photo de moi.
↳ Ceci est donc une photo.
↳ De moi.
↳ En train de me regarder.
↳ En train de me regarder prendre une photo.
↳ Une photo de moi.
↳ ETC﹏﹏﹏﹏﹏﹏﹏﹏﹏﹏
❀❀❀ Bienvenu dans la boucle de mon ego ❀❀❀

Est-ce que c’est :
un autoportrait ? 〈〈〈  Ou de la grosse branlette ?
Est-ce que les gens font ça :
pour faire semblant de prendre du recul ?
〈〈〈  Ou pour regarder leur propre vie s’étaler sur internet ?
Je n’ai pas peur de faire ce genre de photo, j’ai peur que ça finisse par me rendre STUPIDE.
Est-ce que je préfère les gens qui montrent leurs culs ou les gens qui étalent leurs souffrances ?
Est-ce du narcissisme ou un acte sans conséquence ?
Les fausses pudeurs.
La masturbation.
Se faire gonfler les parties.
Confessions INTIMES.
Savoir que les autres savent.
Savoir que les autres savent que tu sais qu’ils savent.
Des boucles ⇢⇢⇢ Des rubans de Möbius ⇢⇢⇢ 
Juxtaposition primaire d’éléments qui forme, en fait, un puzzle évident.
Les désirs, les fantasmes, à peine cachés, les névroses, les histoires de ta vie.
Je ne suis pas vieux jeu, je ne suis pas contre.
Par contre je suis triste, et un peu perdue.
Parce que je ne sais pas ce que ça nous apporte,
À part le sentiment souverain d’être tous ♕ tout-puissant ♕.
Il y a les heures ou je te dirais que c’est le pire concentré de merde de toute la terre.
Il y a les heures ou j’accepte sans en avoir rien à faire.
Et il y a les heures ou je me dis que l’Art est mort, et que ceci n’est qu’une preuve supplémentaire de sa profonde dévastation.

http://www.esquire.com/blogs/culture/selfies-arent-art

http://www.vice.com/fr/read/prendre-des-photos-de-tout-et-n-importe-quoi-nique-notre-mmoire/?utm_source=vicefb

http://www.nytimes.com/2013/10/20/sunday-review/my-selfie-myself.html?_r=0

Pet d’Esprit

005275-Pelle-ronde-27-cm

Si me vient une pelle
Je pourrais creuser mes idées
Reboucher mes trous de mémoire
Et casser le miroir

7 ans de malheur.
C’est le cursus nécessaire au minima
Pour être un parfait romantique.

Pour l’instant, j’ai pas fais mon choix,
Car si j’ajoute le choix
Je peux à tous moments décider
De reboucher mes idées,
Ou de creuser mes trous de mémoire.

La meilleure chose, pourrait être que RIEN ne vienne,
Mais pour qu’il vienne il lui faudrait un pied ou une roue et là ça marche plus.
Tu peux plus te ramener comme ça et dire « Je suis rien »
Car à ce moment précis en plus de ton pied ou de ta roue
T’as une bouche et là tu peux plus te foutre de ma gueule.

Passons.

Même s’il ne venait pas, le rien, serait rempli de vide,
Alors il ne serait plus rien vu qu’il serait plein de vide.

Si je creuse mes idées avec rien
Et bien j’aurais les idées vides
Et si je rebouche mes trous de mémoire avec le vide
Ça veux dire que le trou risque d’être très haut.
Et j’ai le vertige.

Alors ajouter à tout ça,
Il commence à être loin le poète romantique.

Enfin d’avoir le vertige ça vient quand il y a effet de hauteur.
C’est pas mal,
On est mal
Mais on est pas en bas.

Car le bas c’est un truc très spécial
C’est péjoratif le bas
Tu viens d’en bas,
Porter coup bas,
Retourne là-bas.

Y’a que par deux que le bas devient cool.
Au pluriel ça donne les bas.
Et les bas quand c’est bien porté
C’est quand même classe…
Même si t’es de la classe d’en bas avec des bas, si les mecs en sont baba et que tu te débrouilles bien dans les ébats,
Bah tu peux généralement monter les échelons et d’une certaine manière… Finir plus haut.

Tout ça pour dire qu’en y réfléchissant et après relecture, et bien j’aurais jamais du commencer ce texte.

Il va falloir que j’me paie une pelle,
Que je me casse la tete et ça, ça fait mal,
Mettre la pelle dedans et ça, ça fait encore plus mal.

Pour me rendre compte que RIEN ne vient et que ce rien à pied ou à remorque est rempli de merde.
Si un jour je devais par mégarde réciter ceci devant autrui,
Il faudra au préalable, que je rentre dans le personnage du mec qui a un trou du cul à la place de la bouche et qui s’apprête
À chier en public.
Ça dépend de l’intensité du texte.
Ça peux n’être qu’un pet si il est très léger.

Sauf que je suis très pudique
Du moins à ce niveau.

En même temps t’as beau être léger tu restes en bas, c’est les lois de l’attraction qui veulent ça.
NEWTON — LA POMME.
Par contre le pet lui va toujours vers le haut,
Lui il est pas attaché au sentier des vaches.

J’ai fais une croix sur le romantisme et on peut dire que ce texte est léger, enfin,
que cette merde est un pet
Qui finira au ciel.
Vers le haut.
Tellement loin,
Qu’il ira au paradis
Avec les autres pets, les nuages, Jésus et peut-être Dieu.

J’espère à ce moment là, qu’il leur mettra un bon coup de pelle dans la gueule.

Au lieu de creuser une idée de merde.

A.G.

allen_naked

Allen Ginsberg/Le sentiment absolu de devoir faire voler en éclat la structure pesante de l’existence/
Déchirer devant le souvenir de la parfaite étendue de l’océan/
Rien ne sera plus jamais pareil/
Je ne comprends rien à mes contemporains/La chose actuelle/
Mes capacités commerciales sont plus pauvres que mon pouvoir de télépathie/
Un poème peut-il mourir ?/Conflit total entre espoir aveugle et résignation suicidaire/
Fracture abstraite de mon plexus/Violence du goût du sang/Une trace, un filet, une ligne, une direction/
Je n’ai pas de route/Peut-être parce que je ne l’ai jamais prise/
Les voix du Seigneur sont impénétrables/Amalgame confus entre le Seigneur et la Création/
Je ne peux m’empêcher de penser qu’ils sont une seule et même chose/
Je n’ai pas besoin de croire en moi/Je crois en Dieu depuis ma naissance/
Handicap relatif au manque de matérialisme de mon éducation sur-intellectualisée/
Besoin de rien envie de…/Fracas absurde entre la réalité et ma réflexion/
Le rire est une solution temporaire/Une expression fragmentaire de l’inné et de l’acquis/
Les couleurs sont plus solides que mes mots/Il n’existe rien de plus flexible et de plus puissant qu’une couleur/
Je n’ai aucune vérité/Elle se trouve dans la lumière qui réfléchit les choses/
L’espace est en dehors de ma mesure/Les distances parcourues par les rayons me reviennent trop lentement/
Je déplore ma très mauvaise vue/La lenteur de mes déplacements/Je suis une contradiction dans mon époque/
Le temps est un outils/J’ai pourtant toujours été très manuelle/
Je ne me résigne pas/Mais j’oublie vite/Mon vieillissement n’arrive jamais/Eternel stupide/
Impression que je vivrais 120 ans/Mais que j’en aurais véritablement 90/30 ans de retard/
L’année prochaine j’ai 30 ans/Je nais l’année prochaine.

Orgueil et Préjugés

Dans ton amour, dans ta haine, dans ton âme, dans tes os, dans ta bouche, sous ton lit et au creux de tes aisselles, il y a la vie, il y a l’odeur, plein de couleurs et de la peur.

Et tu te caches et tu as honte, mais sous tes doigts tes questions grondent, alors tu te lâches mais moi je te vois, ruiner ta bonne éducation. Je le dirais à ta maman, que tu es un vilain garçon.

Les Africains

Les Chinois

Les Allemands

Les Espagnols 2

Les Russes

Les Américains 2

Les Suisses 2

Les Mexicains

bravo

PLastic // Hélicoptère

 

Parti de loin, parti de rien, on a juste quelques souvenirs (toujours les mêmes) à raconter pour se construire une légende éphémère et le contre-coup du vide du passé qui la détruit aussitôt. Un cercle fermé. Comme une vague qui jaillit et qui se brise contre elle-même. Quand on est une vague on voit par à-coup la plage et tous les gens dessus, debout, qui jugent, qui aiment, qui évaluent, qui comptent, qui rient, qui jaugent, qui ont peur. Quand on entend leurs paroles elles tournent autour des oreilles comme les hélices d’un hélicoptère, prêtes à trancher. Un boomerang qui va et qui revient de propos malsains, de récits héroïques, d’histoires d’amour troublantes, de beauté sans fard, de jugements aveugles.

On sait comment ça sonne un jugement aveugle, comme une alarme à incendie. Pourtant on se démène comme une vague, à prouver qu’on est là, qu’on y a pensé, qu’on veut bien donner. Mais personne ne bouge, y’a personne pour se baigner. On pourrait passer l’éternité ainsi, à vouloir mais à rencontrer des murs, des façades de refus, de froideur, de mépris. Du mépris, comme s’il en pleuvait dans les yeux des gens qui pleurent avec leur ego. Se briser les uns contre les autres.

Bien avant on se demandait : c’est quoi la mer ? C’est quoi l’océan ? On vivait sur terre avec nos pieds, il n’y avait rien de plus clair que les pas qui résonnent jusque dans les tympans, qui donnent des distances, la longueur de la jambe, l’équilibre dans la voute. Y’a que Jésus qui marche sur l’eau, qui sait que ça résonne pas quand on traverse la Mer Rouge à pied. Il y a les ondes qui descendent jusque dans le fond de l’océan et ces pas sourds qui ne disent rien, pas de distance, pas de longueur, pas d’équilibre.

Quand tu es une vague, tu sais que la vibration est interne, et qu’il ne faut surtout pas attendre Jésus. Mais tu n’es pas seul, tu es face à la plage, aux paroles qui tournent comme les hélices d’hélicoptère dans le creux des oreilles, aux jugements aveugles et au mépris. Tu as le chant des baleines, les violons de la mer, ta propre limite que personne ne connait.

Sur la plage, il y a des gens seuls mais qui se donnent la main juste pour ne pas se perdre, ils ont leur mépris et leurs jugements aveugles, les récits héroïques, les alarmes, des beautés sans fard, des paroles humaines. Des nombrils comme des soleils pour se donner chaud l’hiver, et briller l’été. Le confort d’avoir des beaux doutes sur qui baiser, sur le luxe du choix de son existence. La gloire n’attend pas.

Est-ce que tu comptes encore ? Est-ce que tu as quitté le monde des hommes ? Quand tu es une vague tu n’es pas seul, tu es face à la plage. Tu n’attends plus, tu es devenu éternel, et toute les 20 secondes tu es la plus belle chose qui arrive au monde, la caresse pure.

Adorno : « Sans doute les œuvres d’art importantes sont-elles, de façon générale, celles qui s’assignent un but extrême, qui se brisent en voulant l’atteindre, et dont les lignes de fracture demeurent comme le chiffre de la vérité suprême qu’elles n’ont pu nommer.« 

DIY Fine Art / Tuto magic pour faire de l’art à la maison

Bonjour. Aujourd’hui, nous allons faire de l’art.

Le problème de l’art c’est que très souvent c’est cher, voir très cher. Personnellement je n’ai pas de compte en Suisse qui me permette de temps en temps une petite folie chez Sotheby’s. Donc que fais-je si j’ai quand même envie d’avoir de belles choses ? J’évite de me prendre pour Michelange en faisant un tuto pâte à sel. Ainsi, ayant une obsession personnelle autour du scotch mais attention pas le scotch pourri en petit rouleau transparent, non le vrai scotch en PVC souple et malléable, j’ai souvent besoin de scotcher des trucs. J’ai donc eu l’idée de fusionner mon obsession du scotch/avec mes pulsions de faire des folies chez Sotheby’s/avec une après-midi où j’avais rien à branler.
//ATTENTION CECI N’EST PAS UNE ACTIVITÉ DE COUPLE, GROS RISQUE D’EMBROUILLE POTENTIELLE//
Je me suis donc dis tiens et si je faisais un tableau avec du scotch ! Saugrenu, certes. Bon là sur le choix du tableau disons que ça a pas été très long. J’ai d’abord pensé faire un Picasso pas trop compliqué (LOL) puis finalement je me suis dis que c’était UN PEU prétentieux de ma part donc je me suis rabattue sur un Mondrian vachement simple (RE-LOL).

Here comes the Sun.

Donc sérieusement pour faire un vrai Mondrian à la maison il faut :
– Environ 3/4 rouleaux de scotch Tesa noir type isolant électrique
– Environ 2 rouleaux du même scotch en rouge
– Environ 2 rouleaux toujours idem en bleu
– Environ 2/3 rouleaux de jaune
– Une paire de ciseaux (les miennes sont massives, parce que je vois tout en grand, tu peux en prendre des petits)
– Une régle
– Un mètre de couture
– Un stylo effaçable à l’eau ou un crayon à papier
– Une calculette si t’aime pas le calcul mental
– Une version imprimé papier du tableau.

photo-5 copy

Donc ce qu’on va faire c’est ça :

Mondrian, Tableau 11 1921-5

Easy, des carrés et des lignes perpendiculaires. En fait pas trop. Avant de passer à la réalisation il faut faire une chose importante c’est préparer ton plan. Donc là tu vas prendre ta petite règle et mesurer l’INTÉRIEUR des carrés (donc sans les lignes noires). J’ai décidé de pas m’amuser à calculer la proportion des lignes noires, qu’il aurait ensuite fallut que je calcule par rapport à la largeur de mon scotch. A mes yeux l’important est que la proportion des carrés soit respectée. Ce qui m’a amené à ça (mon plan avec toutes les mesures intérieures des carrés+plus la longueur de quelques lignes) :

photo-6 copy

Le plan se lit de droite à gauche.

Perso j’ai pris les mesures et j’ai tout multiplié par 4, ce qui fait un scotchage d’environ 1 mètre sur 80 cm. J’ai aussi mesuré les bandes noires les plus longues, afin de pouvoir poser la base de la structure du tableau, notamment 1, 2, 3 et 4. Au moment de les couper et de les poser, j’ai pas fait les bandes d’un coup je les ai fait en deux parties égales, BEAUCOUP plus facile à manipuler. Et un conseil important avec le barnier c’est de ne pas tirer dessus, il est à la fois souple et élastique donc pour obtenir un résultat optimale il faut y’aller mollo.

Pour commencer, accrocher le mètre mesureur au mur juste à côté de là où on va scotcher va permettre de mesurer les premières bandes de scotch et par exemple de vérifier si la bande est droite par rapport à une arrête de mur.

photo-3 copy

photo-4 copy

Et là c’est le grand saut.

*

photo-7 copy

Sublime et énigmatique voici 1, 3 et 4.

*

photo-8 copy

On continu tout doucement et voici 2 plus quelques autres bandes. Je mets cette photo parce que ça permet d’illustrer une erreur à ne pas faire, c’est-à-dire de placer la bande horizontale tout en haut. Le MIEUX c’est de commencer par le bas et la gauche puis de monter en allant vers la droite. Ça laisse le champ ouvert et permet d’ajuster très facilement en cas d’erreur, avec la bande du haut tu es bloqué et si t’as couillé quelque part tu l’as dans le baba comme aurait dit ma grand-mère.

photo-16 copy

Le second truc très important c’est de ne pas trop s’attacher à la longueur des bandes. Une fois les bandes essentielles posées, le plus fundamental c’est de respecter la taille des carrés. Par exemple ici j’ai fais deux points sur le côté gauche de la bande verticale et deux points tout à gauche de l’image, ça m’a permis de savoir exactement où poser la bande horizontale. Il faut commencer par un carré dont il y a déjà un angle, ensuite mesurer en hauteur puis en largeur et trouver le point d’intersection. T’as plus qu’à poser ça genre easy.

photo-9 copy

Et voilà en gros le quadrillage une fois toutes les bandes noires posées ! Comme on le voit, malgré toute ma prudence, tout n’est pas absolument parfait nickel mais c’est aussi ça que j’apprécie avec ce scotch. Il y a quelque chose de souple dans la façon dont les lignes ne sont pas parfaitement droites que j’aime beaucoup, c’est très géométrique mais plus vivant.

photo-10 copy

Ensuite on passe à la phase de remplissage qui est ma foi beaucoup plus reloud mais tellement satisfaisante. Donc en fonction de la forme (carré, rectangulaire horizontale ou verticale) j’ai placé mes bandes de remplissage de haut en bas ou de droite à gauche. Là le rectangle bleu est horizontale donc je remplis à l’horizontale. Pour cela il faut simplement décoller les côtés noirs droit et gauche pour de l’horizontale ou les côtés bas et haut pour du verticale. Ensuite en rabattant les bandes noires tu masques et tu obtiens un truc nickel. (NOTE que ma manucure insensée est parfaitement alignée avec la bande que je suis en train de tirer. Sachant que ce n’était pas fait exprès je me jouis dessus.)

photo-11 copy

Exemple de résultat parfait. ahah.

*

photo-12 copy

Prenant ton mal en patience, tu continus à boucher les trous.
Et là tu vas te dire que j’ai un petit souci, mais. Depuis le départ je checkais le rendu vu de loin toujours du même point, c’est à dire en prenant deux mètres de recul du tableau en ligne droite. Et puis je suis allé prendre un peu de shnouff à bouffer et en revenant dans le salon je me suis rendu compte que vu du reste de la pièce, c’était vraiment pas du tout aussi cool. Sur la photo ça à l’air pas mal mais en réalité ça créait un déséquilibre sur tout l’espace mural. LOL.
Du coup j’ai recommencé sur un autre mur. LOL.
Je t’épargne les photos de la deuxième session qui sont identiques à la première.
Quoi qu’il en soit le résultat final donne ça :

photo-13 copy

Merveilleux n’est-ce pas ? J’apprécie les deux tuyaux le long du scotchage ça géométrise grave.

*

photo-14

1,6m2 de peau

$

$

$

Lavague2

J’ai en moi des vagues et des scènes de théâtre,
Des souvenirs comme tout le monde,
Des couleurs qui sonnent cartable,
33 vertèbres, 1,6 mètre carré de peau
Un foi, autant de cerveau.
Un coeur, deux tendons d’Achille,
Un atelier de création
Dans le fond de ma poche gauche,
Un prénom qui se coupe en deux
En fille, en garçon
Un nom de famille qui me tiens chaud
Parce qu’il sent le gaz comme disait un pote,
Des tabous qui finissent en maladies
Des aigreurs d’estomac,
Des paquets de cigarettes blondes
Et mes cheveux noirs.
Je perds mes élastiques,
Mes cadeaux les plus chers,
Mes écharpes, ma jeunesse,
Mes souvenirs, mon innocence.
Je perds du temps,
Et de l’amour par la même,
Et souvent
Je perds aussi mes poèmes.
Mon stylo ne sauvegarde plus ma mémoire
Le Doliprane non plus.
On s’est offert des bouquets de fleurs
En guise de ferme ta gueule.
Des murs de cicatrices
Des croûtes qui s’empilent
Sous les peintures à l’huile.
Je me souviens du coup de foudre raté
Entre un éclair de quiétude et le reste de ma vie
Et puis le béton qui arrive qui tombe qui coule
Comme les grandes responsabilités…
Les grandes responsabilités.
Alors je suis partie voir l’océan,
La mer, les plages mortes,
Les messages dans les bouteilles
Et la mort dans ces poèmes.
J’ai peins sur la soie avec de l’eau
La blancheur de mes angoisses
Le vide qu’il y a en moi
La fatigue qui me terrasse.
J’ai peins du PH neutre, l’odeur l’air,
L’intérieur de la façade,
La fenêtre qui donne sur le sous-sol
Et un couché de soleil matinal.
Et puis j’ai regardé
Mon absence foisonnante
Mourir sur le sable
Exactement là où la mer se termine,
Juste au bout de la vague.

Je suis rentré chez moi
À l’époque ou fleurissent les cerisiers
Ca sentait la glycine, le bois,
Le bitume, les frites, les voitures cassées.
J’ai attendu la mousson
De revoir l’océan
De quitter le mouvement
Et les barreaux de sa prison
En attendant…
On s’est pavané sous les UV
Avant que ça devienne des obus.
J’ai rien vu
Dans la transparence du miroir,
Dans nos regards opaques,
Et j’ai enterré ma grand-mère
Sous un putain de soleil.
Aujourd’hui
Je suis toujours enfermé
Dans ce que je compte pas,
Dans ce que je perds,
Dans le temps
Qui passe trop vite et trop lentement.
Dans la douleur en fusion
Dans le réacteur nucléaire
Qui trône au fond de la faille
Qui s’cachait au fond d’la mer.
Aujourd’hui
Je suis toujours enfermé
Dans le grand balais de la société
Entre mensonges, sourire et magasines pour les gonzesses
Qui t’explique la vérité mondiale
Entre deux paires de fesses…
Alors voici les fleurs, l’eau, la soie,
Le tombeau, la boussole,
L’autre monde, le miroir, le passage,
Le sens de la vie,
Le sens des aiguilles.
33 vertèbres, 1,6 mètre carré de peau
Les vagues, les scènes de théâtre
Un pont entre deux rives
Un foie, autant de cerveau.
Et puis une horloge sans réglage
Qui indique sans cesse
La saison de la moisson de mes espoirs.